Choquant! Un infirmier allemand a tué près d’une centaine de patients durant sa carrière…

Accueil » News » Choquant! Un infirmier allemand a tué près d’une centaine de patients durant sa carrière…

Une série de meurtres qui remonte à l’an 2000 :

La police croit que l’homme que le journal Bild appelle « le pire tueur en série de l’Allemagne » a commis son premier meurtre en Février 2000, quand il était encore employé dans une clinique à Oldenburg en Basse-Saxe, près de la frontière néerlandaise.

Après avoir tué au moins 35 patients, il a déménagé en 2002 dans un hôpital de Delmenhorst près de la ville de Brême, dans le nord-ouest  où il a repris sa pratique macabre dans la semaine où il a commencé son nouvel emploi.

Högel injectait dans les veines de ses patients un médicament cardio-vasculaire afin d’orchestrer des cas d’urgences médicales qui l’obligeraient à intervenir et les réanimer dans l’unité de soins intensifs de l’hôpital.

Il aurait utilisé cinq médicaments différents, y compris l’ajmaline, le sotalol, le lidocaine, l’amiodarone et le chlorure de calcium, a indiqué la police lundi. Les surdoses peuvent conduire à une arythmie cardiaque menaçant le pronostic vital et une baisse de la pression artérielle chez un patient déjà malade.

Pendant le temps où Högel était à Delmenhorst, le nombre de décès à l’unité intensive de l’hôpital a doublé, passant d’environ 5% à 10%, bien que la question n’a pas été soulevée avec les autorités.

Le 22 Juin 2005, un collègue à l’hôpital Delmenhorst témoigne d’une injection d’ajmaline administrée par Högel chez un patient, qui est décédé un jour plus tard. Cependant, la direction a décidé de ne pas appeler la police, préférant traiter la question directement avec leur employé. Ce qui a permis à l’infirmier de tuer un autre patient, son dernier, le 24 Juin de l’année.

« Les meurtres auraient pu être évités », a déclaré le chef de la police d’Oldenburg, Johann Kühme. Il a ajouté que les responsables auraient pu agir plus rapidement pour mettre fin à la perte de vies humaines.

Page précédente
VOUS AIMEREZ AUSSI