Les médecins avertissent les femmes contre une pratique très controversée !

Accueil » News » Les médecins avertissent les femmes contre une pratique très controversée !

Les médecins mettent en garde contre une pratique pseudoscientifique qui implique de manger et de mettre des galles de chêne dans le vagin, affirmant que c’est une façon « organique » de nettoyer, soigner et resserrer le vagin.

Le produit était vendu par un « magasin de santé » de Malaisie sur le site de commerce électronique Etsy. Les instructions conseillent aux clients de faire bouillir les galles de chêne et de les utiliser ensuite comme un lavage d’hygiène féminine lors de leur menstruation. Il conseille également de boire une galle de chêne bouilli pendant 40 jours pour « restaurer l’élasticité de la paroi utérine ».

De quoi s’agit-il ? 

Les galles de chêne (ou pommes en chêne) sont de petites sphères, généralement de 2 à 4 centimètres (1 à 2 pouces) de diamètre, formées par des guêpes. Les larves des guêpes vivent dans ces galles qu’elles créent en induisant l’arbre à produire des excroissances anormales.

La liste du magasin, qui a depuis été supprimée, explique que «Les galles, qui contiennent du tanin et de petites quantités d’acide gallique et d’acide ellagique, ont des propriétés antimicrobiennes et sont utilisées en Asie du Sud-Est, en Malaisie et en Indonésie pour améliorer l’élasticité de la paroi utérine ».

Le Dr Jen Gunter, un gynécologue agréé, a dissipé la pratique dans un article intitulé: «Ne placez pas de nid de guêpe dans votre vagin». Le Dr Gunter explique que le produit assèche le vagin et perturbe son pH naturel et sa santé.

« Ne vous laissez pas berner par ce pseudoscientifique, il n’y a aucune preuve que cela fonctionne et il est potentiellement dangereux ». En plus de cela, il souligne également de nombreuses idées fausses sur la santé sexuelle et le vagin. À savoir, le mythe selon lequel seuls les vagins secs sont sains.

« Le séchage de la muqueuse vaginale augmente le risque d’abrasion pendant les rapports sexuels et détruit la couche muqueuse protectrice. Cela pourrait aussi faire des ravages avec les bonnes bactéries. En plus de causer de la douleur pendant les rapports sexuels, cela peut augmenter le risque de transmission du VIH… Il s’agit d’une pratique dangereuse avec un réel danger », écrit le Dr Gunter.

VOUS AIMEREZ AUSSI