Une nouvelle étude suggère qu’une bactérie dans le lait peut déclencher la polyarthrite rhumatoïde

Accueil » Santé » Maladies & douleurs » Os et articulations » Une nouvelle étude suggère qu’une bactérie dans le lait peut déclencher la polyarthrite rhumatoïde

De nouvelles recherches suggèrent qu’une bactérie trouvée dans le lait de vache qui peut conduire à la polyarthrite rhumatoïde chez les personnes déjà prédisposées génétiquement.

La bactérie peut être un déclencheur commun pour la polyarthrite rhumatoïde, mais aussi la maladie de Crohn.

La polyarthrite rhumatoïde et la maladie de Crohn :

Publicité

Qu’est-ce que ces deux maladies ont en commun, en dehors de se caractériser par une inflammation? Beaucoup, en fait, selon de nouvelles recherches publiées récemment dans la revue « Frontiers in Cellular and Infection Microbiology ».

Une nouvelle étude suggère qu'une bactérie dans le lait peut déclencher la polyarthrite rhumatoïde

Ces deux conditions partagent un même fond génétique et sont souvent traitées avec des immunosuppresseurs similaires, car les deux maladies sont des maladies auto-immunes.

Ces similitudes ont intrigué les auteurs de la nouvelle recherche, qui sont: Saleh Naser, qui est un spécialiste des maladies infectieuses à l’Université de Floride centrale (UCF) à Orlando; Le Dr Shazia Bég, rhumatologue à la pratique médicale de l’UCF; et Robert Sharp, qui est un Ph.D. candidat en sciences biomédicales à l’école de médecine de l’UCF.

Ces chercheurs ont analysé des échantillons cliniques de 100 personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde. Parmi ceux-ci, 78% avaient une mutation génétique qu’ils partageaient avec les personnes atteintes de la maladie de Crohn: le gène PTPN2 / 22.

LIRE AUSSI:  Avec une simple balle de tennis, soulagez vos douleurs du dos, du cou ou du genou en quelques secondes ...

Parmi les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde avec cette mutation génétique, 40 pour cent avaient également MAP (maladie artérielle périphérique).

« Nous croyons que les personnes nées avec cette mutation génétique et qui sont plus tard exposées à la MAP en consommant du lait contaminé ou de la viande de bovins infectés sont plus à risque de développer une polyarthrite rhumatoïde », a expliqué Saleh Naser.

« Nous ne connaissons pas jusque là la cause de la polyarthrite rhumatoïde, nous sommes donc ravis que nous ayons trouvé cette association », dit Bég. « Mais il reste encore un long chemin à parcourir », a-t-elle ajouté.

« Nous devons découvrir, » disent les auteurs, « pourquoi la MAP est plus prédominante chez ces patients, qu’elle soit présente parce qu’ils souffrent de PR [polyarthrite rhumatoïde], ou qu’elle cause la PR chez ces patients. Si nous découvrons cela, nous pourrons cibler le traitement sur les bactéries MAP. « 

Pour cela, les chercheurs prévoient de mener d’autres études, dans l’espoir que leurs résultats seront reproduits.

Likez cet article sur Facebook
VOUS AIMEREZ AUSSI