La radiation du Wi-Fi et des téléphones cellulaires augmente le risque de fausse couche d’environ 50% chez les femmes enceintes

Accueil » News » La radiation du Wi-Fi et des téléphones cellulaires augmente le risque de fausse couche d’environ 50% chez les femmes enceintes

Le rayonnement non ionisant à champ magnétique (MF) est un type de rayonnement électromagnétique qui provient des téléphones cellulaires, des lignes électriques et d’autres dispositifs sans fil.

Il a également longtemps été considéré comme un danger pour la santé, avec des risques dommages génétiques et de cancer. Cependant, une équipe de la division de recherche Kaiser Permanente en a découvert un autre: ils ont découvert que l’exposition aux rayonnements MF peut augmenter le risque de fausses couches de près de 50%.

Voici les détails :

Tel que rapporté par le DailyMail.co.uk, les chercheurs sont arrivés à cette conclusion après avoir recruté 913 femmes enceintes de San Francisco. Les participants étaient à différents stades de grossesse, et un certain nombre d’entre elles avaient subi au moins une fausse couche par le passé.

Toutes les femmes ont reçu des compteurs EMDEX Lite à porter pendant 24 heures afin de mesurer leur exposition au rayonnement MF sur une journée moyenne. Suite à cela, les chercheurs ont suivi les résultats de la grossesse des participants.

Les chercheurs ont découvert que les femmes qui avaient la plus forte exposition aux rayonnements MF avaient un risque de fausse couche de 48% plus élevé que celles qui avaient le moins d’exposition.

Parmi les femmes qui avaient été exposées au rayonnement le plus élevé, plus de 24,2% ont fait une fausse couche par le passé. En revanche, 10,4% des femmes les moins exposées ont subi la même épreuve. Les chercheurs ont ajouté que le risque de fausse-couche était présent indépendamment du fait qu’une fausse couche s’était déjà produite ou non.

Bien que l’équipe n’ait pas été en mesure de préciser les sources exactes d’émission du rayonnement MF, elle a déclaré que les lignes électriques et les appareils généraient des basses fréquences alors que les téléphones cellulaires et les réseaux de compteurs intelligents donnaient des quantités plus élevées.

De plus, ils croient que leurs découvertes soulignent la nécessité d’approfondir les recherches sur les problèmes de santé potentiels liés à la technologie

Loading...
VOUS AIMEREZ AUSSI