« Sacrificial Virgins »: un film portant sur les effets néfastes des vaccins VPH chez les jeunes filles

Accueil » News » « Sacrificial Virgins »: un film portant sur les effets néfastes des vaccins VPH chez les jeunes filles

En mars 2018, un documentaire en trois parties intitulé « Sacrificial Virgins » a été récompensé par deux prix à Brisbane, le festival australien du film, l’un en tant que meilleur film du festival et l’autre en reconnaissance de son enquête « en quête de vérité et de justice ».

En bref, l’écrivain, réalisateur et cinéaste Joan Shenton a publié ce documentaire afin d’apporter un éclairage nécessaire sur les préoccupations mondiales croissantes autour de la sécurité des vaccins populaires contre le virus du papillome humain ou VPH, notamment le Gardasil et le Cervarix.

Description du documentaire :

« Le documentaire « Sacrificial Virgins » de Joan Shenton s’interroge sur la sureté du vaccin anti VPH en montrant que de nombreux individus corrèlent l’apparition d’un handicap (ou la mort de leur fille) aux vaccins », a déclaré James Hyams, fondateur et directeur du festival.

L’auteure et militante Catherine J. Frompovich croit que le documentaire est à la fois un message opportun et nécessaire. Surtout à une époque où les adolescentes sont ciblées pour recevoir de tels vaccins. Elle explique que le documentaire « s’ajoute à la liste croissante de documentaires indéniables détaillant les effets indésirables FACTUAL provoqués par les vaccins qui n’ont pas été correctement testés, comme dans le cas des vaccins contre le VPH ».

Quelques faits que vous ne connaissez probablement pas sur le VPH et le Gardasil

Premièrement, la base est fausse. Le VPH par lui-même ne cause pas le cancer du col de l’utérus. Les preuves montrent qu’il faut une combinaison, ou des co-infections, de multiples virus ou combinaisons de virus / bactéries pour provoquer le cancer du col de l’utérus.

Vous ne réduisez pas l’incidence du cancer en recevant le vaccin. Des études montrent que le système immunitaire humain développe une résistance aux souches données dans le vaccin, permettant à d’autres de devenir prédominants.

Les vaccins contre le VPH ne comprennent que deux à quatre souches, ce qui vous laisse vulnérable à plus des deux tiers des souches dangereuses. Vous aurez toujours besoin d’un dépistage systématique du cancer du col de l’utérus.

Les pilules contraceptives et autres médicaments hormonaux augmentent également le risque de VPH.

Il n’a jamais été prouvé que le vaccin contre le VPH prévient le cancer du col de l’utérus. Il n’y a aucune preuve scientifique d’aucune sorte.

Il existe plus de 100 souches de VPH, dont seulement 15 peuvent contribuer au cancer du col de l’utérus.

Likez et Partagez cet article sur Facebook
VOUS AIMEREZ AUSSI